L’atelier 3D pour ma nouvelle activité

Avec mes journées mal de tête, l’étude de marché qui donne une estimation basse de vente et les différentes taxes font que j’appréhende un peu l’ouverture. Il faudra beaucoup de travail pour pas grand chose à  la fin. Pas de panique.

Le but que je m’était fixé fin 2019, c’était devenir un maker : créer des objets, puis les diffuser librement. Je vois l’ouverture d’une boutique en ligne sur des places de marché comme un moyen supplémentaire de faire connaître mes projets et de les distribuer.

Petite présentation de l’atelier qui est prêt depuis un moment 🙂

3 imprimantes Ender 3 Pro

J’ai choisis d’utiliser 3 imprimantes Creality Ender 3 pro, formant une mini-ferme d’impression. C’est un modèle sorti en 2018 et devenue finalement open source. Pourquoi un si vieux modèle ? Pas trop chère, on trouve les pièces détachées pour réparer et elle est bien documentée. Ce n’est pas une imprimante professionnelle mais entretenue correctement ça peut tenir et se réparer à  pachère tout en ayant une qualité d’impression parfaitement acceptable après calibration et réglages.

Contrôle des imprimantes

Chaque imprimante est connectée en USB au serveur central Raspberry Pi 4 de l’atelier, pour pouvoir interagir avec elles depuis une interface web. Un mini pc portable est là  pour afficher cette interface qui permet de lancer les impressions, bouger les axes, régler les températures et beaucoup d’autres fonctions en plugins.

Le serveur contrôle l’allumage des imprimantes, de la lumière et gère aussi le chauffage de la pièce. à‡a permet de chauffer automatiquement à  13°C la nuit, 16°C la journée et 18°C quand une imprimante est allumée.

Caméra et spot LED

Chaque imprimante a sa caméra et son bandeau de LEDs qui éclaire le plateau pour surveiller depuis le bureau. J’ai redessiné un modèle de support trouvé sur internet pour correspondre à  mes esp32-cam, des caméras (pourries) avec firmware open source. À gauche :

Le fichier 3D redessiné est disponible sur Thingiverse et Cults3D.

Vue de la caméra :

Le bandeau de led inspiré aussi d’un autre modèle, modifié surtout pour ne pas voir les LEDs en étant en face de l’imprimante :

Diffusé sur Thingiverse et Cults3D aussi.

Les ptits plus

Tête d’impression améliorée

La tête d’impression d’origine n’est pas optimale et facilement améliorable. Elles sont maintenant toute équipées d’un conduit de ventilation imprimé en ABS qui permet de mieux refroidir le plastique une fois extrudé. Projet Mistrale sur Thingiverse, la pièce rose/violette.

Le deuxième ventilateur qui maintient au frais le fil arrivant de la bobine soufflait aussi sur la pièce en cour d’impression et ce n’était pas acceptable pour certains modèles ou certains plastiques. J’ai donc découpé de la tôle de canette sur un patron trouvé sur un forum et après tests d’impressions le résultat est parfait.

Isolation du plateau et surface PEI

Sur trois imprimantes, deux ont un plateau incurvé donc j’ai dû rajouter une plaque de verre Mr Bricolage bien plane.

La surface d’impression d’origine est bonne, mais très fragile, ça se remplace régulièrement et c’est pas donné. Je suis passé à  des plateaux flexibles PEI, un un revêtement plastique jaune résistant à  la chaleur qui accroche très bien à  chaud, pas moins chère mais bien plus durable. Ici la version PEI texturée prévue pour moins accrocher :

En dessous j’ai collée une feuille de liège pour aider le plateau chauffant à  garder sa température.

Support de bobine sur roulement à  bille

D’origine le fabriquant s’est contenté d’une tige pour installer la bobine de plastique. C’est pas si gênant mais temps à  perdre j’ai trouvé ce projet à  imprimer pour optimiser cette partie :

C’est un support sur roulement à  bille, qui fait que la bobine se déroule même un peu trop facilement xD. Trouvé sur Thingiverse. C’est toute la partie horizontale écrou compris, il se compose de 4 pièces dont un filetage. C’était pas utile mais j’avais le temps.

Le câble parfait

Pareil, inutile mais cool, le câble usb coudé à  90° qui disparaît derrière la machine :

(les câbles de gauche sont ceux du PC et de sa souris)

Le stock de matières premières

Il peut faire 85% d’humidité dans la pièce 3D, et certains plastiques n’aiment pas ça du tout.

Voici deux malles isolées et contenant trois chaussettes remplies de gel de silice = litière pour chat = déshumidificateur. On atteint 30% d’humidité avec des chaussettes bien sèches (temps de cuisson chaussettes 3 minutes au micro onde programme décongélation 5-6 fois).

Je n’ai pas tant de bobines que ça et je vais devoir faire du stock dans les mois à  venir.

La sécurité

Comme je ne reste pas à  coté des imprimantes quand elles impriment, j’ai installé un détecteur de fumée 433mhz, relié au serveur de la maison qui m’avertit sur tous les PC/téléphone/HP de la maison en cas de pépin ^^

Tant qu’à  avoir dû installer une passerelle 433mhz, autant être aussi avertis quand la porte de l’atelier s’ouvre, avec un petit détecteur magnétique d’ouverture. C’est fait aussi 🙂

Conclusion

Côté atelier c’est prêt. Par contre il reste des milliers de choses à  préparer pour le côté vente. Au final j’ai deux mois de plus pour procrastiner…

L’inscription en tant que micro-entrepreneur début 2022 sera suivie de quelques étapes administratives supplémentaires avant de réellement commencer les ventes.

Je débuterai avec peu de références donc peu de ventes. Je vais étoffer le catalogue petit à  petit en dessinant de nouvelles pièces, le but étant de vendre uniquement mes projets. J’ai déjà  une bonne liste d’accessoires panpan à  réaliser 🙂

Bon week-end !

2 thoughts on “L’atelier 3D pour ma nouvelle activité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.